Témoignage d’une expérience à Corail, Haïti  


Cela peut vous paraître étrange d’utiliser le mot « richesse » pour parler d’un pays comme Haïti et pourtant Haïti m’a tant donné, tant appris qu’aucun autre mot ne me vient à l’esprit.


Partir, voyager, quitter le plat pays où on a tout ce que l’on désire pour s’aventurer pendant 10 mois au cœur de l’île mystérieuse « Ayiti », la perle des Antilles.


Découvrir un pays du Sud ? Envie d’aider et se sentir utile ? Apporter ma contribution à un projet ? Vivre au Soleil ? Je n’arrive pas encore aujourd’hui à déterminer ce qui m’attirait le plus à me lancer dans cette nouvelle expérience.

Aujourd’hui cette aventure touche à sa fin et à travers ces quelques mots, j’aimerais partager avec vous cette année passée à Corail.


Je suis en tant qu’enseignante responsable d’une classe de 23 élèves de 3 à 5 ans. Je participe également aux activités de la Bibliothèque René Bélance, en tant que professeur de français et animatrice culturelle (vendredi littéraire, conférence, chorale).

Diplômée en juin 2003, cette année scolaire est ma première expérience de travail. J’ai découvert le travail en équipe et l’intérêt d’échanger nos pratiques et nos idées. J’ai eu le bonheur de suivre des enfants pendant toute une année scolaire, de les voir grandir, progresser et s’épanouir.

Je participe à ce projet pendant une année scolaire, une année durant laquelle je donne le meilleur de moi-même, une année durant laquelle je tente de partager avec l’équipe tout ce que j’ai appris, et les outils qui leur permettront de devenir un jour aussi responsable d’une classe.


Les deux langues officielles sont le créole et le français. La langue communément parlée est le créole. C’est la langue qu’on parle tous les jours, la langue maternelle de la plupart des enfants. L’apprentissage du français est toutefois indispensable notamment pour la consultation des ouvrages qui sont principalement rédigés dans cette langue.

En tant que francophone, j’ai été fort sollicitée à ce sujet. J’ai donné des cours à un groupe d’enfants et un groupe de jeunes. Dans le répertoire de notre chorale, nous avons également ajouté de nouveaux interprètes français.

D’autre part, j’ai appris le créole. C’était pour moi, la meilleure façon de comprendre et de communiquer avec les gens qui m’entouraient. Grâce au créole, j’ai pu avoir de meilleurs échanges, un contact plus direct et plus chaleureux. La musicalité de la langue créole m’a permis également de me sentir plus proche de la culture haïtienne.


En vivant ici pendant 10 mois, j’ai appris à bien vivre avec peu de choses, à apprécier l’eau, l’énergie, tout ce qui est acquis chez nous, qui nous semble normal et qui représente ici un combat quotidien : le droit à la santé, l’éducation…


Je m’en vais et le projet continue. Des enfants et leurs parents ont l’espoir que l’école va grandir et les accompagner jusqu’au certificat. Des classes se construisent mais il faut aussi des ressources humaines capables d’encadrer la jeune équipe et d’assurer une formation solide.

La Fondation Im@gine cherche des enseignants disposés à faire la même expérience. Vous pouvez consulter le site www.imagine-haiti.org et envoyer un mail.


Etre aussi brève pour partager autant n’est pas facile. Je souhaite seulement vous avoir communiqué un peu du bonheur que j’ai eu en vivant cette expérience à Corail, et d’avoir donné envie à certains d’en faire autant.


Aurélie CARTRY